Ici, des Anglais qui posent le genou à terre pour montrer leur soutien envers Marcus Rashford et pour dénoncer les insultes racistes qu’il a reçues après la finale perdue de l’Euro 2021. Photo prise par Danny Lawson pour l’agence PA Media.

Ce mardi 9 novembre, Marcus Rashford s’est vu récompenser pour l’importance des actions qu’il a mises en place lors de la crise du coronavirus de 2020. L’attaquant anglais de Manchester United avait à l’époque fait preuve d’une solidarité exemplaire en s’engageant dans la lutte contre la précarité alimentaire qui touchait alors un grand nombre d’enfants dans son pays. Motivées par la nécessité d’agir pour le bien des plus défavorisés, ses actions ne sont pas passées inaperçues. Pour témoigner de sa reconnaissance envers le jeune héros d’outre-Manche, le gouvernement anglais a donc décidé cette semaine de faire de Marcus Rashford : un Membre de l’Ordre de l’Empire Britannique.

.

.

> Un petit gars du sud de Manchester :

Marcus Rashford entrain de recevoir le titre de membre de l’ordre de l’empire britannique des mains du prince William sous les yeux de sa maman. Photo prise par Aaron Chow pour l’agence PA Media.

.

Marcus Rashford est sans doute l’un des meilleurs représentants de ce que les sportifs peuvent apporter de bien à nos sociétés.

Loin des clichés que l’on prête volontiers à un joueur de foot de 24 ans, l’attaquant de Manchester United a mis sa visibilité au service de la lutte contre la précarité alimentaire des enfants en Angleterre. Sincèrement touché par le sort qui leur était alors réservé, le Wonder Kid a probablement dû se reconnaitre dans l’histoire et la détresse des jeunes des classes défavorisées. Lui-même issu d’une famille modeste et cadet d’une fratrie de cinq enfants, il est loin d’avoir passé le début de sa vie dans l’opulence. Une enfance modeste, encore trop commune à notre époque, qui fut heureusement rythmée par sa passion dévorante pour le football. Son amour pour le ballon rond lui a permis de toucher du doigt la gloire que l’on réserve généralement aux élites. C’est un homme doué d’un talent qui fait briller ses actions sur les terrains, mais il possède aussi un esprit qui sait le rendre utile en dehors de son simple cadre. En effet, et malgré son fulgurant succès, le natif de Manchester reste tout à fait conscient de ses origines. Fier de son parcours et des gens qui l’ont entouré, il voue une admiration toute particulière à sa mère, notamment pour l’énergie dont elle a dû faire preuve afin de subvenir aux besoins de sa famille. Sa maman Melanie Maynard, est effectivement de ces femmes qui forcent le respect et l’admiration, une figure primordiale dans la vie de Marcus Rashford. Héroïne ordinaire parmi tant d’autres, son dévouement mérite d’être salué puisqu’elle a cumulé les emplois afin de remplir au mieux son rôle de mère, se privant même parfois pour que ces enfants ne manquent de rien. Des sacrifices qu’elle a confiés à demi-mot lors d’une interview donnée à la BBC en décembre 2020, « Il m’est arrivé de sauter des repas pour qu’ils aient de quoi manger dans leurs assiettes, mais je ne le regrette pas. C’est vrai, il est arrivé que nous n’ayons pas grand-chose à manger, mais je m’inquiétais plus pour eux que pour moi. Lorsqu’ils me demandaient si j’avais déjà mangé, je leur répondais que oui. C’était une situation difficile que je ne voulais pas admettre devant eux, car c’était assez embarrassant. » Elle a agi comme un modèle jusqu’à devenir une source d’inspiration. Pour lui rendre hommage, Marcus Rashford a décidé de lui dédier son titre de Membre de l’Ordre de l’Empire Britannique.

Photo de famille où l’on voit Marcus Rashford être dans les bras de son grand frère Dwaine, assis à côté de leur maman Melanie Maynard.

La situation de la famille Rashford était donc très complexe à l’époque et les repas gratuits, qui étaient alors offerts aux enfants anglais, sont apparus comme une évidente source de réconfort. Une solidarité, belle et simple, qui a durablement influencé la vision du natif de Wythenshawe (un quartier populaire du sud de Manchester). Les repas offerts ont permis à Marcus d’avoir de quoi manger lorsqu’il était petit, c’est aussi simple que ça. On comprend alors aisément l’importance qu’ils leur prêtent, ils ont alimenté son désir d’aider les autres. Une forme de solidarité dont il a profité étant enfant et qui le pousse aujourd’hui à utiliser son succès comme un formidable outil pour faire bouger les choses. « Sans la gentillesse et la générosité de la communauté, il n’y aurait pas le Marcus Rashford que vous voyez aujourd’hui : un homme noir de 22 ans qui a la chance de faire une carrière dans un sport qu’il aime » Il a d’ailleurs ajouté pour conclure. « Le système n’a pas été conçu pour que des familles comme la mienne réussissent. (…) On comptait sur les petits déjeuners au club, les repas gratuits à l’école ou les gestes de générosité des voisins ou des entraîneurs. Les banques alimentaires et la soupe populaire nous étaient familières et c’est seulement aujourd’hui que je réalise tous les sacrifices que ma maman a faits pour nous. »

Humilité et solidarité, voici donc les valeurs qui ont parsemé la vie du jeune Marcus, celles qui ont grandement contribué à faire de lui l’homme qu’il est devenu aujourd’hui. Un homme qui agit avec et pour les autres.

Photo shooting disponible sur le Twitter du joueur Marcus Rashford MBE.

.

.

> Des actions concrètes qui font bouger les choses :

Campagne de collecte organisée par l’association Fare Share à Manchester. Photo prise par Mark Waugh pour l’association Fare Share.

.

Au cœur de la crise sanitaire qui a frappé nos sociétés en 2020, la nécessité d’agir se faisait de plus en plus pressante. Il fallait aider les gens qui souffraient d’un manque de nourriture. Un message qui semble être aujourd’hui d’une naïve évidence, mais qui avait besoin d’un messager pour être porté aux yeux de tous.

L’Angleterre est un pays en proie à une précarité alimentaire importante, et ce, avant même que le coronavirus ne vienne aggraver la situation. Selon les statistiques rapportées par le magazine américain Forbes, en septembre 2020, plus de 3 millions d’Anglais souffraient d’un manque de nourriture au quotidien, dont 1,8 million d’enfants. Des chiffres affolants, témoins des profondes inégalités qui régissent encore le territoire de nos amis outre-Manche (non pas que ça soit véritablement différent chez nous). Une autre source, le journal The Financial Times, avance même que la crise engendrée par la Covid aurait poussé environ 8,1 millions d’Anglais à se priver de certains repas à cause de leurs problèmes financiers, soit 14 % d’entre eux. Bien que ces chiffres doivent être pris avec précaution, ils restent les reflets d’une triste situation. Un désarroi qui s’est davantage alourdi en juin 2020, lorsque le gouvernement de Boris Johnson a souhaité mettre un terme aux aides qu’il apportait aux populations les plus défavorisées en cessant d’offrir des repas gratuits aux enfants dans les écoles.

C’est à cet instant précis que Marcus Rashford a décidé de sortir de son silence pour soutenir ces familles du mieux qu’il pouvait. « J’ai connu ce que ces familles traversent en ce moment et c’est très difficile de se sortir de ce genre de situation. Je souhaite les aider du mieux que je peux en utilisant ma position privilégiée. » Pour ce faire, il a d’abord décidé d’envoyer une lettre aux membres du gouvernement afin de les pousser à revenir sur leurs décisions, car selon lui les Anglais avaient plus que jamais besoin d’être épaulés par les hommes et les femmes qui les dirigeaient. À force de négociations et grâce à l’immense soutien qui fut apporté à sa cause, le jeune homme de 24 ans a pu faire face. Devenu contre toute attente le porte-parole d’une cause qui résonnait en lui, il a notamment su utiliser sa popularité sur les réseaux sociaux pour obtenir enfin la prolongation des repas gratuits dans les écoles jusqu’en octobre de l’année 2020.

Ce fut une grande victoire, un triomphe acclamé de tous et dans tout le pays. Depuis, le Wonder Kid s’est attiré la sympathie du plus grand nombre, transcendant même les rivalités sportives anglaises l’espace d’un instant pour ne faire ressortir que la communion et l’entre aide. Héros populaire, au sens noble du terme, ses actions ont véritablement impacté la vie de personnes qui souffraient de se sentir délaissées. À ce sujet, M. David Horrocks, le président du premier club de foot où Marcus Rashford a joué quand il était petit n’a pas tari d’éloges. « Quand le Premier ministre a changé d’avis à propos de ces repas gratuits, tous les gamins d’ici étaient aux anges. En effet, grâce à lui, chacun des enfants qui jouent dans ce club pouvait continuer à bénéficier de ces aides. » Le président du Fletcher Moss Rangers FC a ensuite ajouté. « Il s’est servi de son nom pour aider ces enfants en espérant qu’ils n’aient pas à vivre ce qu’il a vécu à l’époque. »

Banderole accrochée dans le du quartier de naissance de Marcus Rashford, Wythenshawe. Elle symbolise la victoire du joueur face au gouvernement dans la lutte contre la précarité infantile en Angleterre. Photo prise par Molly Darlington pour l’agence Reuter.

La situation s’est donc améliorée un temps et Marcus a continué de se battre pour prolonger ces aides de l’État jusqu’au Noël de l’année 2020, créant même une pétition qui avait atteint plus d’un million de signatures. Toutefois, en octobre 2020, les aides de l’État cessèrent malheureusement et il fallut de nouveau trouver un moyen pour nourrir ces gens. Ce fut alors la solidarité du nombre qui prit le relais. Pour cela, le Wonder Kid a œuvré, en collaboration avec l’association caritative Fare Share, à mettre en place une immense campagne de récolte de dons et de denrées alimentaires pour soutenir ceux qui en avaient le plus besoin. Les gens affluaient de toutes parts pour donner de leur temps et de leur argent afin de maintenir cet élan solidaire. Une noble cause qui prenait des allures de contes de fées, comme si l’on avait voulu raconter une jolie histoire aux enfants. De belles actions pleines de poésie romanesque qui n’avaient cependant rien de naïf. Ces actions étaient bien organisées et aussi sincères qu’efficaces. Particuliers, entreprises locales et grandes enseignes se sont tous ralliés derrière le jeune homme pour faire vivre cette entre-aide retrouvée, pour être utile là où le besoin était le plus fort. Afin de mettre en avant l’importance de ces actions collectives, l’attaquant de Manchester United a aussi utilisé son compte Twitter afin d’apporter une visibilité bienvenue pendant la crise. « Marcus Rashford a lancé un appel aux armes. Il est une source d’inspiration pour nous tous. Ce qu’on a réussi à faire ensemble est magnifique. Il représente beaucoup pour nous, c’est une véritable légende ! » Comme le déclarait le gérant d’une petite pizzeria de Manchester après avoir participé à une des collectes organisées par l’association Fare Share.

Cette solidarité collective eut un impact retentissant puisqu’elle permit de faciliter la vie de millions de personnes devant faire face à des difficultés en Angleterre. Le Wonder Kid n’a pas tout fait tout seul évidemment. Il a reçu l’aide d’un grand nombre d’hommes et de femmes qui étaient motivés par la même envie, celle d’améliorer la situation de ceux qui en avaient besoin. Il fut le porte-parole d’une voix qui mérite d’être écoutée. Lui le footballeur professionnel, lui le héros parmi tant d’autres a réussi à récolter plus de 20 millions de livres sterling grâce à la solidarité qu’il a su susciter. Une somme ahurissante à la hauteur des valeurs qu’ils prônent. Le fruit d’un engouement collectif qui a permis de fournir des repas à près de 2,8 millions d’enfants durant toute la période de la crise sanitaire. Le sport et ses acteurs peuvent faire changer les choses, faire évoluer les mentalités et les actions que je m’attache à vous présenter dans cet article sont une parfaite illustration de la beauté qu’ils peuvent susciter. « Des mères et des pères élèvent des jeunes femmes et des jeunes hommes respectueux et éloquents qui, en réalité, font partie d’un système qui ne leur donnera pas la possibilité de gagner et de réussir. » Un environnement que le footballeur connait parfaitement. “Ajoutez les fermetures d’écoles, les licenciements et les congés à l’équation et nous obtenons un problème qui pourrait avoir un réel impact négatif sur les générations à venir. Tout commence par la stabilité autour de l’accès à la nourriture.

Un jeune supporter de Manchester United qui vient apporter son soutien à son joueur préféré. Photo prise par Alex Livesey-Danehouse pour l’agence Getty Images.

.

.

> Une parole libérée :

Avec des élèves de l’école primaire de Button Lane dans le quartier de naissance du Wonder Kid. Photo prise par Fabio De Paola pour le journal The Guardian.

Marcus Rashford n’a pas fini de se battre pour les autres. Il continuera à porter leurs voix si personne ne veut le faire.

Le prochain projet de l’attaquant de Manchester United sera celui de faciliter l’accès à la lecture pour les enfants. Au vu de ce qu’il a déjà accompli, on peut sereinement se dire que le futur des générations qui arrivent est entre les meilleures des mains. « J’essaye de donner aux enfants ce que je n’avais pas quand j’étais petit. Je leur donne juste une opportunité et je pense qu’ils le méritent. Quel enfant ne le mérite pas ? Pour moi, c’est une punition de voir qu’ils ne peuvent pas s’offrir de repas ou de livres. Ce sont de petits changements, mais ils peuvent avoir un fort impact car je vois la génération qui vient après moi comme une génération très spéciale. Ils ont simplement besoin de quelqu’un qui leur montre la bonne direction à suivre. » Le sport et ses acteurs sont trop souvent réduits au simple plaisir qu’ils nous transmettent. On attend de ces hommes et de ces femmes qu’ils fassent vibrer les foules par leurs gestes, qu’ils jouent simplement et qu’ils ne s’expriment qu’à travers le sport. Dès lors que leurs voix cherchent à nous éduquer, nous avertir ou nous émouvoir, on leur rétorque, trop vite, qu’ils « courent juste derrière un ballon » et qu’ils devraient s’en contenter. Une tradition aussi triste qu’absurde qui semble enfin arrivée à son terme. En effet, je suis intimement persuadé du fait que les athlètes puissent porter de beaux messages avec force et engagement. Je suis aussi persuadé que si l’on prête l’oreille, le murmure de la contestation deviendra un véritable cri pour le progrès. Une parole pour ceux que l’on préfère habituellement ne pas écouter. Une voix qui, grâce à des gens comme Marcus Rashford, aura un impact retentissant puisque : ne pas oublier d’où l’on vient s’est aussi pouvoir agir sur qui l’on veut être.

« Je n’ai peut-être pas reçu l’éducation d’un politicien comme beaucoup de gens me l’ont déjà fait remarquer. Toutefois, j’ai reçu une éducation sociale, j’ai connu ces situations difficiles et j’ai passé du temps avec les familles et les enfants qui les vivent aujourd’hui. Ces enfants sont importants… Et, tant que leurs voix ne seront pas entendues à leur juste valeur, ils pourront compter sur la mienne. »

Symbole d’une solidarité retrouvée, le Wonder Kid inspire les jeunes. Héros d’une nouvelle génération qui se reconnait dans ses combats. Photo prise par Nathan Stirk pour l’agence Getty Images.

4 Replies to “Marcus Rashford, une voix pour les autres.

Répondre à Jules Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.